Black Bloc, Maintien de l’ordre et Funambulisme

« C’est pas la manif’ qui déborde, c’est le débordement qui manifeste ». Et nous sommes en période de crue.


Depuis les récentes manifestations contre la Loi Travail en 2016, la structure des manifestations a subi un réagencement spatial qui n’est pas sans conséquences : l’établissement d’un « cortège de tête » à l’avant des colonnes syndicales, promouvant de façon plus ou moins diffuse un ensemble de pratiques regroupées sous le terme de « Black Bloc ».

La question de la légitimité de cette tactique a déjà fait couler beaucoup d’encre et nous ne nous y attarderons pas. Il est évident que face aux discours sécuritaires dépolitisant l’action directe en manifestation, opposer un argumentaire visant à expliciter les tenants et les aboutissants du Black Bloc est primordial.

Ce texte ne se veut donc pas un énième acte de bonne volonté visant à présenter ce dernier sous son meilleur jour aux honnêtes citoyens perplexes devant cet étalage de violence qui trouble la quiétude des promenades organisées naguère par les centrales syndicales. Ces dernières se déroulaient le plus souvent dans le calme, en dépit de quelques sporadiques affrontements, toujours « en marge » et rapidement maîtrisés autant par les coups de matraques des CRS que par les gazeuses des membres du Service d’Ordre.

D’autres textes l’ont suffisamment développé, et nous tenterons plutôt ici de pointer leurs limites et la manière dont, en se construisant en dualité par rapport au récit policier, elle participe de la fétichisation de la violence insurrectionnelle sans parvenir à affirmer positivement ce que produit concrètement le Black Bloc. On s’engonce dans une quête éperdue de respectabilité si bien que l’on perd de vue l’essentiel.

En effet, la plupart des tracts et brochures circulant dans les milieux gauchistes ainsi que les quelques interviews de militant.e.s accordées à des journalistes en manque de sensations fortes se bornent à répondre point par point aux rappels à l’ordre légalistes que l’on entend couramment dans les médias « traditionnels ». Le but est de restaurer la légitimité du cortège de tête auprès d’une population inquiétée par ses débordements.

Tout au plus avancent-ils une ontologie symbolique et / ou philosophique du cortège de tête sans réel intérêt pour saisir sa pertinence dans un contexte de lutte sociale. Mais dans la majorité des cas est développée une argumentation essentiellement réactive-négative qui tient en trois points :

  • « L’économie / la police sont plus violents, ce sont eux les véritables casseurs, nous ne nous en prenons qu’à eux. »

Bien que ce constat présente l’avantage indéniable de démystifier le discours médiatico-policier comparant le Black Bloc à la horde de Wisigoths qui a saccagé aveuglément Rome il y a plus de quinze siècles, il n’éclaire en rien l’utilité concrète et pratique de ce dernier puisqu’on se contente ici de minimiser ses dommages matériels par rapport aux dégâts incommensurablement plus meurtriers de l’Etat et de l’exploitation capitaliste.

Il est révélateur que soit souvent accolée à cet argument une citation désormais bien connue :

« Il y a trois sortes de violence. La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d’hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés.
La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d’abolir la première.
La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres.
Il n’y a pas de pire hypocrisie que de n’appeler violence que la seconde, en feignant d’oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue. »

Ces paroles ont été prononcées non pas par un anarchiste se tenant fièrement sur les barricades, mais par l’archevêque brésilien Dom Helder Camara, qui loin de faire l’éloge de la lutte armée, se dressait ostensiblement contre ces trois types de violence, devenant de fait un défenseur du statu quo.

On ne peut s’en tenir à resituer socialement la violence contestataire, encore s’agit-il de démontrer en quoi elle est effectivement efficace dans le cadre d’un mouvement s’affrontant avec l’Etat et le Capital.

  • « Les manifestations pacifistes ne mènent à rien, seule l’action violente peut faire plier l’Etat, regardez en 1789 / 1936 / 1968. »

Ces références anachroniques relèvent plus du folklore teinté de nostalgie que de l’analyse politique tant il est évident que les conditions de la lutte ne sont pas les mêmes, ne serait-ce que du point de vue du rapport de force. Une nouvelle fois, on ne peut nier l’aspect fédérateur de ce procédé argumentatif, qui vise à démystifier les habituelles logorrhées sur le civisme dont devrait faire preuve tout bon mouvement de contestation de l’ordre établi. Le capital a suffisamment démontré sa capacité à absorber des évènements qui furent autrefois « authentiquement » insurrectionnels pour que nous tâchions de contrecarrer cette tendance à l’aide de rappels historiques. Pour cela, s’appuyer sur des dates qui parlent à toutes et à tous et qui ont permis d’obtenir des avancées considérables – des congés payés à la réduction du temps de travail en passant par les droits civiques des Afro-Américain.e.s et les guerres d’indépendance – est une méthode percutante pour faire prendre conscience que la violence n’est pas qu’une lubie issue de la décadence post-moderne. Le contraste entre ces glorieux épisodes de l’histoire ouvrière et la décrépitude dans laquelle baignent actuellement les mouvements sociaux, qui essuient défaite sur défaite depuis deux décennies, est saisissant, et le dégoût du rythme monotone et, de fait, inefficient, imposé par les centrales syndicales rajoute à cette envie de raviver la flamme émeutière.

Cependant, on pourrait facilement objecter que ce n’est pas parce que les modalités de « lutte » proposées par Philippe Martinez ne fonctionnent pas qu’un cortège de tête aussi inorganisé qu’éphémère aurait, lui, la capacité de perturber la bonne marche du capitalisme.

  • « C’est de l’auto-défense face aux flics. »

Ce point-ci est un peu trompeur en soi. Nous savons pertinemment que si nous nous contentions de manifester tranquillement en rangs derrière les ballons de Force Ouvrière, en ayant parfois l’outrecuidance de chanter quelques sempiternels slogans désormais connus par cœur, nous n’aurions pas à craindre pour notre intégrité physique. Les pétitions en ligne n’ont jamais fait l’objet d’arrestations ciblées, et le Capital s’accommode très bien d’un sit-in place de la République.

La répression n’advient que lorsque l’Etat croit, à tort ou à raison, déceler une potentialité subversive, à plus ou moins grande échelle, dans un mouvement. Et il n’y a pas à s’en cacher, car après tout, c’est bien le but d’une lutte sociale.

Lorsque la lutte s’intensifie et que des signes d’inquiétude commencent à germer chez les capitalistes, alors vient inexorablement un moment où nous devons faire face à leur police dont le rôle social est de protéger l’Economie. Passé ce stade, soit nous rentrons chez nous exprimer notre indignation de manière plus « raisonnable », soit nous ripostons à la contre-offensive étatique.

Nous ne prétendons pas ici que les pratiques du Black Bloc en manifestation constituent à elles seules des dangers de première envergure pour l’Etat français, mais toute la doctrine du maintien de l’ordre consiste précisément en ce savant calcul opéré à chaque instant sur l’intensité de la répression à adopter. Si le pouvoir craint une montée en puissance de la contestation comme ce fut le cas en 2016 ou aujourd’hui dans les facultés, il n’hésitera pas à employer toute la force qu’il jugera nécessaire. Envisagées plus prosaïquement, ces démonstrations de force peuvent s’inscrire dans une pure logique politicienne, afin de rassurer l’opinion publique en montrant bien que l’autorité étatique ne sera pas remise en cause par une bande de jeunes à dreadlocks, rehaussant au passage l’image du gouvernement en place. C’est par exemple le cas à Notre-Dame-Des-Landes, où l’on imagine aisément que récupérer quelques hectares de terres abandonnées depuis 20 ans n’était pas la motivation principale d’une opération dont le coût s’est élevé à plusieurs millions d’euros.

La question toujours en suspens est donc « En quoi le Black Bloc peut-il représenter un danger pour l’Etat, ou du moins y contribuer ? », et c’est cette interrogation que nous allons tenter d’élucider.

A contrario de cette rhétorique réactive qui s’oppose en miroir aux diatribes se focalisant exclusivement sur la « violence » des manifestations, il est urgent d’approfondir l’intérêt tactique qu’incarne le Black Bloc. Cela nous permettra de sortir de cet affrontement binaire qui fait du moyen une fin et fétichise l’émeute en dehors de toute considération stratégique.

1) Dans le cadre des démocraties libérales du capitalisme marchand, le rapport social sécuritaire s’est affirmé comme la méthode de gestion de populations la plus stable.

Si tirer dans les cortèges à balles réelles et incendier au napalm les piquets de grève peut paraître attrayant pour certains nostalgiques de Vichy qui épanchent leur haine sur internet, il va de soi que ces rêves de massacre ne risquent pas, heureusement, de se réaliser de sitôt – du moins pas dans le contexte actuel. Et pourtant ce n’est pas tant par humanisme que les préfets de police décident de laisser les Famas en bandoulière, et nous savons pertinemment que l’Etat acculé est capable de tout pour se maintenir au pouvoir. En effet, outre les répercussions diplomatiques non négligeables d’un tel massacre, le risque est que cette irruption de violence fasse germer des velléités de révolte parmi la population réprimée, et les divers foyers d’insurrection ne pourront être contrôlés par la force éternellement.

C’est pour cette raison que depuis quelques décennies, le contrôle des foules à la française s’est orienté vers des armes « non-létales », telles que le LBD-40 ou le canon à eau, cherchant à effrayer, voire à blesser et mutiler si nécessaire, mais tentant d’éviter un meurtre qui pourrait susciter une vague d’indignations, comme ce fut le cas avec la mort de Rémi Fraisse.

L’Etat produit une violence de chaque instant, mais cherche à l’étouffer du mieux qu’il peut.

Comme nous l’avions déjà expliqué dans un précédent article, le déploiement d’unités de CRS lourdement armées aux abords des manifestations a, dans un premier temps, davantage pour objectif de dissuader que de réprimer stricto sensu. L’omniprésence policière qui pouvait paraître intolérable durant les années 1970 est désormais acceptée et justifiée par une demande accrue de « protection » face à une menace quelle qu’elle soit (des « casseurs » aux « terroristes »). La mainmise de l’Etat sur les luttes sociales est ainsi personnifiée par le regard intimidant que lancent les flics aux aguets, prêts à réagir dès que quelqu’un.e ne respectera pas les règles préétablies.

Cette vaste opération de pacification sociale est constitutive des démocraties modernes, où l’Etat et le Capital cherchent à se présenter comme des valeurs naturelles et indépassables qui seraient issues de la volonté commune. Il s’agit alors d’occulter la conflictualité permanente, les rapports de classe violents qui traversent la société au moyen de discours, de débats et autres formes de médiations politiques.

Ce procédé n’a rien de nouveau et on le retrouve dès la fin du XIXe siècle où la IIIe République appelait à délaisser le fusil caractéristique des émeutes populaires au profit du bulletin de vote.

Les pratiques offensives du Black Bloc contribuent à rompre ce contrat tacite sécuritaire et à rendre visible une conflictualité sociale qui s’exprime alors en actes. Le simple fait de s’en prendre à la police brise le carcan pacifiste dans lequel l’Etat nous avait enfermé.e.s, et rappelle l’opposition frontale qui réside entre les classes antagonistes.

Tandis que la violence policière ne s’exerce habituellement pleinement qu’à l’encontre de certaines catégories de population construites comme « ennemies » (qu’il s’agisse des délinquants qui troublent l’ordre public, des migrants qui menacent le territoire national ou encore des musulmans qui n’intègrent pas les valeurs de la République), l’irruption du Black Bloc en plein cœur des boulevards parisiens éclabousse la quiétude du centre-ville.

L’hégémonie sécuritaire se retrouve ainsi fracturée par une émeute qui remet en cause tout le prétendu pacifisme citoyen des protestations et s’extrait des chemins balisés mis en place par l’Etat et les syndicats.

Comme le disaient certains des tags qui fleurissaient aux abords des manifestations nantaises, « C’est pas la manif’ qui déborde, c’est le débordement qui manifeste ». Et nous sommes en période de crue.

2) Réinterpréter le politique en dehors des cadres institutionnels est une manière de se réapproprier une forme d’action directe en affirmant une lutte des classes qu’on a tendance à invisibiliser depuis l’effondrement du vieux mouvement ouvrier.

Contrairement à la gauche citoyenniste, le Black Bloc s’attaque à des ennemis clairement identifiés, que ce soit sous la forme des flics ou des enseignes du capital, et ne s’égare pas à négocier ou à espérer une meilleure gestion, un « capitalisme à visage humain », de la part de l’Etat et du patronat. Il ne revendique rien car il ne cherche pas à dialoguer avec le pouvoir pour mieux être récupéré et domestiqué par la suite. Il a l’initiative, et sa combativité est à son image.

Ainsi, des populations exclues structurellement de la vie politique, à l’instar du lumpenprolétariat tant délaissé aussi bien par les centrales syndicales que par ladite « société civile », sont susceptibles de déceler dans ces modalités d’action une opportunité de révolte qui ne s’embarrasse pas de langue de bois politicienne et de détournements bureaucratiques. C’est dans l’action que se construit une solidarité de lutte effective, et la spatialité toute particulière du cortège de tête a démontré à de nombreuses reprises toute l’inventivité dont sont capables des prolétaires en lutte.

Le k-way noir ne constitue pas une identité sociale, et sous la cagoule s’estompent les disparités politiques qui sont tant visibles au sein des partis et autres organisations bourgeoises. Bien que nous soyons loin de pouvoir affirmer que le cortège de tête mobilise massivement jusque dans les cités les plus précaires, force est de reconnaître qu’il est pour le moment le seul à même de réunir à la fois étudiant.e.s, chômeur.se.s et jeunes des quartiers populaires.

Chaque individu.e peut poursuivre des objectifs propres, et nous ne pensons pas que le bris d’un DAB inscrit consciemment dans une praxis révolutionnaire-insurrectionnelle soit plus « noble » ou « constructif » qu’un désir instinctif de vengeance vis-à-vis d’une police qui opprime et mutile. Le choc du marteau percutant la vitrine du Pôle Emploi du coin ne peut être compris sans prendre en compte les raisons singulières qui animent le bras portant le coup.

Il va de soi que ces quelques remarques enthousiastes ne doivent pas faire oublier que le Black Bloc n’est qu’une tactique et non pas une stratégie, et qu’il faut donc l’articuler avec d’autres procédés qui ont un impact réellement matériel (grèves, blocages, etc) là où les dégâts pour ainsi dire symboliques causés par le Black Bloc, en termes de flics blessés ou de banques caillassées, sont totalement négligeables d’un point de vue global.

Fétichiser le lancer de pavé au détriment d’une lutte à l’intérieur de la sphère de la production ne risque de conduire qu’à une ritualisation d’une pratique dont le but est justement d’innover hors des sentiers battus.

Dès lors que cette forme de lutte sera hypostasiée et s’enlisera dans sa propre routine, c’est toute la dynamique qu’elle portait en elle qui disparaîtra.

La révolution ne se fera pas dans une manifestation, fût-elle « déter et vener ». Il faut à chaque instant garder à l’esprit que le Black Bloc n’est qu’une première étape avant que la répression ne s’accentue, jusqu’à ce que plus personne ne puisse enfiler de masque à gaz sans craindre de recevoir une rafale. C’est que le cas syrien nous a démontré que ce qu’on appelle le maintien de l’ordre n’a aucune limite à son durcissement en période de crise, et que l’armée aura tôt fait de remplacer les Brigades Anti-Criminalité en cas d’offensive majeure de la part du prolétariat.

Mais nous en serons alors à une nouvelle phase de la lutte, et tout ce que nous connaissions jusqu’à maintenant sera balayé par le « mouvement réel ».

KT

Publicités

5 commentaires

  1. Tu as lu l’ouvrage de Dupuis-Déri sur le black bloc ?
    A titre perso, je trouve tes réflexions intéressantes mais j’avoue que je prendrais ces revendications plus au sérieux le jour où on ne verra plus certains autonomes du cortège de tête venir se réfugier dans les autres cortèges des orga (et autres), au sein de personnes non préparées et protégées, dont parfois personnes âgées, enfants… Pour ensuite venir marteler que la CGT ou LO ou je ne sais qui encore ne les protège pas ! Si c’est une stratégie assumée et réfléchie, pourquoi se comporter de cette façon ? Sans parler des actes puérils type vols de drapeaux, etc. Franchement ça me laisse dubitative sur les perspectives stratégiques ouvertes.. Pour moi c’est le nombre qui fait la force, des milliers de personnes calmes qui se mettent ensemble peuvent forcer un barrage de CRS sans avoir besoin de courir dans tous les sens en jetant des cailloux, des mottes de terre etc. Après j’ai bien conscience aussi que les termes « autonomes », « cortege de tête » et « black bloc » (qui est une tactique), ça ne recouvre pas la même chose. Mais en France il y a une grosse porosité je trouve, et finalement un flou sur les objectifs…

    J'aime

    1. J’ai parcouru l’ouvrage sans le lire en entier, mais de ce que j’ai pu lire il présente le désavantage d’être un travail de sociologue, et de manquer d’approche dynamique, car extérieur au Block en lui-même.
      Je pense que l’approche qu’ont certain.e.s autonomes des syndicats est particulièrement erronée, en cela que la position sociale des syndicats et leur rôle dans le MPC (négocier le prix de la force de travail et les conditions d’exploitation sous-jacentes) forcent ces derniers à chercher à acquérir de la légitimité, du crédit auprès de l’Etat et des « acteurs sociaux ». Ils ne peuvent donc pas, même s’ils le voulaient, participer aux affrontements directs avec la police et consorts, car ils ne peuvent se placer dans l’illégalité sans perdre tout crédit. Il est donc naïf de croire que les syndicats « trahissent » ou quelque chose du genre : ils jouent leur rôle et puis c’est tout.
      La question qui demeure en suspens reste celle de l’unité entre manifestant.e.s, et il est clair que le comportement du service d’ordre de la CGT a pu à plusieurs reprises mettre en danger de manière consciente, voire coordonnée de manière conjointe avec la préfecture, des manifestant.e.s du cortège de tête. Ici il peut y avoir friction avec la base militante du syndicat qui n’accepte pas toujours qu’on livre en pâture à la police des camarades, tout cagoulés qu’ils soient, et dénonce avec justesse la division alors opérée.
      Cela mériterait un approfondissement, mais ce qui est certain c’est que le Block ne peut exister sans les milliers de manifestant.e.s derrière.

      Aimé par 1 personne

      1. Merci pour ta réponse ! C’est effectivement ce dernier point qui est non seulement inexploité mais même un peu impensé parfois j’ai l’impression… y’aurait pourtant de belles choses à faire (occupations ou autre) sous l’impulsion des cortèges de tête et qui pourraient être suivis par une partie du cortège

        J'aime

  2. « Fétichiser le lancer de pavé au détriment d’une lutte à l’intérieur de la sphère de la production ne risque de conduire qu’à une ritualisation d’une pratique dont le but est justement d’innover hors des sentiers battus. » Particulièrement d’accord avec ça 🙂 Trop souvent, ça sert surtout à décharger des rancoeurs, et ça met inutilement en danger des personnes dont l’énergie militante est précieuse (ou le serait, parce que certains ne veulent surtout pas se considérer comme militants)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s